— Click here for the english version.

Bonjour ! ✋ Je m'appelle François Huguet et j'aime les pages web faciles à lire.

Vous venez de cliquer sur un lien permettant d'en savoir plus sur moi et je vous remercie d'avoir pensé que j'étais suffisamment intéressant pour que vous veniez faire un tour sur cette page écrite à la première personne.

À l'heure des sites internet remplis d'effets plus impressionnants les uns que les autres, vous voilà en train de lire un écrit d'écran rédigé noir sur blanc (du web frugal diront certain·es, cette page pesant seulement 62 ko, soit une toute petite empreinte environnementale dans ce gigantesque industrie numérique #LowTech #HighFutures...).

Je suis sûr que vous êtes impressionné·es ; l'immobilité de vos doigts (qui touchaient un pavé tactile, un écran ou une roulette de souris il y a quelques secondes et qui viennent de s'arrêter pour que vous puissiez lire ce paragraphe) atteste dans tous les cas de votre stupeur... Je me trompe ?...

Voyez comme vous êtes : la frugalité web vous fait sourire et elle ne contrarie aucunement votre appétit de lecture (notons que vous venez de lire plus de quinze lignes, 191 mots très précisément et que vous êtes en train de vivre une expérience utilisateur·rice responsive, que j'espère intense).

Voici donc ce que vous voulez (peut-être) savoir :
1
Je suis chercheur en humanités numériques sur les questions de transformation, de médiation et d'inclusion numérique. À ce titre, je suis chercheur invité au département Sciences Économiques et Sociales de Télécom Paris (Institut Polytechnique de Paris).
Je suis également, aux côtés de la designer Zoé Aegerter, coresponsable du programme de recherche « conception inclusive de la relation entre services publics et usagers » de la Chaire innovation Publique.
2
Je travaille depuis plus de neuf ans sur différents projets en tant que sociologue, consultant, ingénieur de recherche, expert, évaluateur, etc. Un des derniers projets en date concerne la lutte contre les inégalités numériques qui touchent les femmes des quartiers prioritaires en France. J'ai aussi travaillé sur un projet d'évaluation de la prise en charge du cancer à domicile qui cherchait à établir un dispositif modélisant et reproductible à toutes les pathologies chroniques, sur un projet visant à améliorer l'accès aux équipements et aux aides techniques pour les personnes âgées et les personnes handicapées et sur un projet de design social visant à dessiner les parcours résidentiels de demain au pôle de gérontologie du CHU de Nîmes. Sur ces trois projets, mes partenaires étaient la designer-chercheure Marine Royer et l'agence de design social La Bobine.
3
Aujourd'hui, j'accompagne en tant que « rapporteur général », l'ensemble des événements Numérique En Commun(s) - NEC pour le programme Société numérique de l'Agence Nationale de la Cohésion des Territoires.

J'anime également, aux côtés de l'Observatoire des Politiques Culturelles, un cycle d'ateliers de formation du plan de transformation numérique du réseau de coopération de l'Institut français.
4
Je travaille avec la Chaire innovation publique sur la question des nouveaux modes d'accès aux droits et services publics.

Je collabore également avec les architectes du Collectif Etc, Marine Royer, Bonnefrite et le pôle gérontologique de la Croix-Rouge française du Gard autour d'un projet de tiers-lieu mobile dédié au dialogue intergénérationnel (dénommé « Paquita »).
5
Je travaille ou j'ai travaillé aux côtés de la Caisse des dépôts et consignations, de la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, de la Mednum (la coopérative des acteur·rices de la médiation numérique), de la Caisse d'Allocations Familiales du Gard (préfiguration d'un tiers-lieu dédié au numérique inclusif), de l'Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, de l'office, du Centre de Ressources Illettrisme et Apprentissage de la langue française du Gard, du Lab-O (laboratoire d'innovations des services de l'État en Occitanie), de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie, du CHU de Nîmes, du CNFPT, etc.
6
Je suis très intéressé par l'épaisseur pratique et politique des infrastructures informationnelles qui sont le socle, généralement invisible, des sociétés contemporaines. Après une thèse portant sur la question de la médiation infrastructurelle, je mène aujourd'hui des enquêtes sur l'encapacitation citoyenne par les technologies numériques, interrogeant les capacités du digital à susciter, dans l'interaction, des usages favorables à la démocratie et au bien commun. J'aime aussi les questions de respons(h)abilités, de lyannaj, de participation citoyenne (avec ou sans numérique), de tiers-lieux, d'attention(s) à l'autre, d'invention solidaire et de design d'intérêt général.

J'ai un profil LinkedIn que vous pouvez voir en cliquant sur ce texte bleu et souligné. J'ai également un profil Twitter, une page Medium, une page sur [HAL] archives-ouvertes et une sur Cairn.info que vous pouvez voir en cliquant sur les autres textes bleus et soulignés de ce paragraphe.
7
J'enseigne à l'Université de Nîmes (Master Design Innovation Société), suis membre du jury d'admission de l'École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI Les Ateliers) et coordonne les masterclass inclusion numérique NEC pour l'ANCT.

J'ai enseigné à Télécom Paris, à l'Institut Catholique de Paris, à l'Université Lumière Lyon 2, à SciencesPo, à l'Institut Français de Beyrouth, à l'école de Condé, à l'American University of Paris et à SciencesPo Aix (culture numérique, méthodologie[s] d'enquête[s] en Sciences Humaines et Sociales, formation par la cartographie des controverses à l'analyse des sciences et techniques, cultural studies, etc.).

Je suis membre de l'Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH), du Conseil d'Administration des Scènes Croisées - scène conventionnée de la Lozère et fondateur de TEDxBoulevardGambetta (Nîmes).
8
J'ai beaucoup écrit dans un magazine qui s'appelle Kiblind et pour diverses revues dont Mashallah News, Socialter, Rue89 Culture, Urbanités, Urbain, trop urbain, Azimuts, Usbek & Rica, etc. Maintenant, j'écris beaucoup moins pour elles.

Parfois, je bois du ☕. Il m'arrive de boire du ☕ en lisant, ou de boire du ☕ en écrivant. Ou bien juste de boire du ☕.

Je parle et j'écris en français, en anglais et en occitan. J'arrive à parler en espagnol, à comprendre le catalan et il fut un temps où j'arrivais à me débrouiller avec l'arabe dialectal égyptien... Je n'écris que rarement des textes qui comportent autant de « je » et de « j' » (cet ego trip est bientôt terminé ne vous inquiétez pas. Plus que deux points à voir...).
9
Si vous voulez que l'on s'écrive, que l'on se parle ou que l'on se rencontre (notamment pour boire du ☕), voici comment faire :

J'habite à Nîmes, mais je suis très mobile et souvent à Paris (et ailleurs en France).

Mon email est : francois.huguet [puis vous mettez le symbole arobase] protonmail.com.
10
Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite une agréable journée (ou soirée si vous lisez ça avant le dîner, ou une agréable nuit si vous lisez ça pendant la nuit).

François Huguet.